Carcinome épidermoïde du sein: à propos d’un cas en Mauritanie

Carcinome épidermoïde du sein: à propos d’un cas en Mauritanie

Squamous cell carcinoma of the breast:a case study conducted in Mauritania

Zein Ahmed1,&, Ahmedou Moulaye Idriss2, Ahmed Heiba2, Isselmou Sidi1

1Centre Hospitalier Cheikh Zayed de Nouakchott, Faculté de Médecine de Nouakchott, Mauritanie, 2Centre Hospitalier National Nouakchott, Faculté de Médecine de Nouakchott, Mauritanie

&Auteur correspondant
Zein Ahmed, Centre Hospitalier Cheikh Zayed de Nouakchott, Faculté de Médecine de Nouakchott, Mauritanie

Résumé

Le carcinome épidermoïde primitif (CEP) ou carcinome de cellules squameuses du sein est une tumeur maligne rare des cancers mammaires. D’origine métaplasique, son histogenèse et son pronostic sont controversés ainsi que sa présentation clinique et mammographique n’ont pas de particularité par rapport aux autres cancers. Le CEP du sein se caractérise par une évolution rapide et un traitement non codifiée. Le but de ce travail est de rapporter les aspects cliniques et évolutifs d’un nouveau cas de CEP avec une revue de littérature.

French abstract

Le carcinome épidermoïde primaire (PEC) également appelé carcinome épidermoïde du sein est une tumeur rare représentant 0,1% à 2% de tous les cancers du sein. C’est un carcinome métaplasique; son histogenèse et son pronostic sont controversés ainsi que ses apparences cliniques et mammographiques qui ne sont pas caractéristiques par rapport à d’autres cancers. La PEC se caractérise par une évolution rapide et le traitement n’est pas codifié. The purpose of this study is to report the clinical and evolutionary features of a new case of PEC and to conduct a literature review .

Key words: Cell, carcinoma, breast, lymph node dissection

Introduction Down

Le carcinome épidermoïde primitif (CEP) est une entité connue et réputée plusfréquente dans la peau et dans d´autres organes tapissés de cellules squameusestelles que l´œsophageet l’anus. Le CEP du sein est très rare, il représente 0.1% à 2% de tous lescarcinomes du sein invasifs. En raison de sa rareté et de la confusion entourantsa définition, la CEP du sein est difficile à analyser. Bien que son aspectmorphologique et ses variations histologiques soient identiques à ceux provenantd´autres tissus, son diagnostic n’est évoqué qu’après une biopsie.Peu de cas ont été signalés jusqu´à présent dans la littérature. Il s’agit d’unetumeur très agressive, avec récepteurs hormonaux négatifs et réfractaire au traitement,de mauvais pronostic. Le traitement chirurgical a les mêmes indications que lescarcinomes canalaires. L’indication et le type d’un traitement adjuvant restentcontroversés du fait de la rareté de la tumeur. Le pronostic semble être comparable à celuides carcinomes indifférenciés. Nous rapportons un cas de cette malignité rare.

Patient et observation Up Down

Madame S.Z est âgée de 70 ans mère de 2 enfants ayant comme antécédent, une hypertension artérielle suivie et traitée. Elle a présenté en décembre 2007, une masse nodulaire du sein gauche évoluant depuis deux mois au niveau du quadrant supéro externe (QSE) gauche de taille de 2 cm, cette masse est mobile sans adénopathie axillaire associée. L´échographie mammaire a montré une formation hétérogène de contours réguliers qui prend la taille d’une Amande.La mammographie a montré une opacité à contour régulier. L´échographie abdominale, la radio du poumon et le bilan biologique sont normaux. Un frottis cervico-vaginal demandé était normal. La cytopnction a montré des cellules cancéreuses.Une tumorectomie avec curage ganglionnaire axillaire gauche ont été pratiqués.L´étude histologique a mis en évidence un carcinome épidermoïde avec des marges de section saine et trois ganglions sur sept étaient envahis.Le diagnostic d´un cancer épidermoïde du sein gauche a été retenu et un traitement complémentaire a été démarré par une radiothérapie sur la paroi et sur les aires ganglionnaires. La chimiothérapie a été démarré (FAC), après 4 cures une aplasie médullaire développée par la patiente qui a nécessité une hospitalisation à la réanimation pendant 10 jours avec transfusion sanguine et la chimiothérapie a été arrêtée. L´évolution a été marquée par l´apparition d´un nodule après 12 mois au niveau de la cicatrice, puis une exérèse a été réalisée et a confirmé la récidive locale d´un carcinome épidermoïde. Une mastectomie a été pratiquée et l’examen histo pathologique n´a pas montré de résidu tumoral. Vue les antécédents de la patiente (aplasie médullaire lors de première chimiothérapie et l´âge de patiente 73 ans la décision a été de ne pas faire un traitement complémentaire. La patiente a fait un suivi régulier pas de récidive local ou métastase à distance avec un recul de 10 ans après le diagnostic.

Discussion Up Down

Les carcinomes épidermoïdes primitifs du sein sont une entité rare et peuconnue. Leurs fréquences sont de 0.1% à 2% de l´ensemble des carcinomes dusein.L’ethiopathogenie reste controversée. S’agit-il d’une entité à part entière?Ou d’un adénocarcinome qui subit une métaplasie épidermoïde partielle ou totale.Selon l’OMS il fait partie des carcinomes canalaires infiltrant comportant desremaniements totaux ou partiel. On parle de carcinome épidermoïde pure quand il s’agit de métaplasie totale.L’origine est glandulaire, pour certains auteurs elle est myoépithéliale .Le diagnostic histologique de ce type de cancer n’est établie qu’après avoir éliminé uneorigine cutanée ou mamelonnaire, une métastase mammaire d´un carcinome épidermoïde à distanceet enfin une composante glandulaire significative au sein de la tumeur (Carcinomemuco-épidermoïde). L’âge de survenu du carcinome épidermoïde du sein est similaire aux autres carcinomes mammaires il touche les femmes entre 31 et 83 ans avec un pic à 55 ans . Aucun facteur prédisposant a été décrit, par contre la notion de traumatisme locale a été observé .

L’aspect clinique et radiologique de ces tumeurs n´est pas spécifique elle peutse manifester comme une masse de taille différente entre 2-6 cm parfois abcédéeou enkystée avec des ulcérations de la peau dans certain cas ce qui pose un problèmede son origine primitive ou secondaire.La tumeur peut être bilatérale, mais aussi peut se manifester à gauche comme à droite.Sur le plan radiologique l’échographie peut montrer une masse d’aspect kystique. A la mammographie l’aspect n’est pas spécifique: arrondie, sans spécule. Pour certains auteurs la présence d´une masse kystique ou abcédée chez une femme âgée doit faire penser à un carcinome canalaire du sein.Le diagnostic peut se faire grâce à une aspiration cytologique ou mue biopsie.Notre patiente a bénéficié d´une cytologie qui a permis le diagnostic. L’examen histologique est indispensable, il a la même architecture et les mêmescaractères cytonucleaires retrouvés dans d’autres sites. Donc le diagnostic du cancer se fait après avoir éliminé une métastase d’un carcinome épidermoïde à distanceou une extension locale d´une atteinte cutanée ou mamelonnaire.L’immunohistochimie montre une expression de cellules tumorales épithélialesdes chromeratines de haut poids moléculaire (CK14, CK6, 6 et CK17) .La recherche des récepteurs tumoraux est souvent négative dans la plupart decas. Par contre sheen et al. ont rapporté un casde cancer épidermoïde avec récepteurs hormonaux positifs. Dans notre cas lesrécepteurs étaient négatifs.Le carcinome épidermoïde est peu lymphophile dans 70% des cas le curage est dépourvude métastase ganglionnaire .Pour notre cas le curage était positif 3 ganglions+/7ganglions. Les études moléculaires démontrent hyper expression de la protéine p53 et deces marqueurs de l´angiogenèse VEGF et HIF -1alpha .Le traitement est similaire à celui des cancers canalaires infiltrant de mêmetaille et stade .Le traitement est basé sur la mastectomie avec curage ganglionnaire axillairepour les tumeurs de grande taille suivis d´une radiothérapie et d´une chimiothérapie.Le traitement conservateur est possible pour les tumeurs de petite taille. L’hormonothérapie n’a pas sa place, vue l’absence de l’hormonodependence de cecancer. Le traitement neoadjuvant utilisé par certains auteurs comme Dejager etal. a la base de cis- platine et 5 fluoracil a permisla réduction du volume tumorale avant de faire une chirurgie.Le pronostic du carcinome épidermoïde est sujet de controverse dans la littératureil a le même pronostic des cancers canalaires infiltrant du sein du même stade.

Conclusion Up Down

Les carcinomes épidermoïdes du sein sont rares, ils n’ont pas de spécificité cliniqueou radiologique. Le traitement se repose sur la chirurgie la radiothérapieet la chimiothérapie. Le pronostic reste controversé.Des études sur des séries plus larges sont nécessaires pour codifier la priseen charge.

Conflits d’intérêts Up Down

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d’intérêts.

Contributions des auteurs Up Down

Tous les auteurs ont contribué à l’élaboration et la mise en oeuvre de ce travail. Les auteurs déclarent également avoir lu et approuvé la version finale de ce manuscrit.

Références Up Down
  1. Kokufu I, Yamamoto M, Fukuda K. Squamous cell carcinoma of the breast: three case reports. Breast cancer. 1999; 6:63-8. PubMed | Google Scholar
  2. Melhouf MM, El Amrany N, Daude HM. Les carcinomes epidermoides au sein a propos de 5 cas. J le sein. 1995; 5:511-5.
  3. Vidyasagar MS, Fernandes DJ, Ramanujam AS. Carcinome épidermoïde primaire du sein chez une jeune femme: rapport de cas et revue de la littérature. Microbien J Pathol indien. 1998;41(4):485-8. PubMed / Google Scholar
  4. Dejager D, Redich PN, Dayer AM. Carcinome épidermoïde primaire du sein: sensibilité à la chimiothérapie à base de cysplatine. J SurgOncol.1995 ;59(3):199-203. PubMed / Google Scholar
  5. Mychaluk J, Baron M, Fondrinier E, Laberge S, Gondy J, Faivet R. Carcinomes epidermoides primitifs du sein: étude clinique et revue de la littérature. Cancer du taureau. 2012 Juil-août; 99 (7-8): 771-8. PubMed / Google Scholar
  6. Bellini V, La Porta À, Berni C, Minelli M. Tumeurs métaplasiques du sein: un cas de carcinome épidermoïde primaire. Clin Ter. 1999 Mars-avril; 150(2): 153-7. Il s’agit de l’un des plus grands groupes de l’histoire de l’Afrique du Sud et de l’Asie du Sud-Est. Carcinome épidermoïde primaire du sein: rapport de trois cas. Radiographie du cancer. 2002 Déc; 6(6): 366-8. PubMed / Google Scholar
  7. Tavassol FA, Devilee P. Pathologie et génétique des tumeurs du sein et des organes génitaux féminins. Classification des tumeurs par l’OMS. éditeurs Lyon : presse; 2003; 13-59. Google Scholar
  8. Eggers JW, Chesney TM. Carcinome épidermoïde du sein: une analyse clinicopathologique de huit cas et une revue de la littérature. Pathol humain.1984; 15(6):526-31. Il s’agit de l’un des plus grands groupes de musique de l’histoire de l’Amérique du Nord et de l’Amérique du Nord. Carcinome épidermoïde du sein: une approche clinique. Ann Surgoncol. 1996; 3(4):367-74. PubMed / Google Scholar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.