Justice News

CHICAGO — Trois hommes ont été inculpés d’enlèvement fédéral pour avoir prétendument enlevé plusieurs victimes sous la menace d’une arme dans la banlieue de Chicago.

L’année dernière, les accusés ont procédé à deux enlèvements à Naperville et Westchester, et en ont tenté un troisième en Hollande-Méridionale, selon un acte d’accusation remplaçant renvoyé devant un tribunal de district américain à Chicago.

Accusés d’avoir participé à une conspiration d’enlèvement sont SEDGWICK WILLIAMS, 43 ans, de Chicago; IVAN AYERS, 33 ans, de Chicago; et TAI HON LA, 31 ans, de Beach Park. L’accusation est passible d’une peine maximale de prison à vie dans une prison fédérale. Les trois accusés sont actuellement détenus par les forces de l’ordre. Les mises en accusation sont prévues pour mardi à 13h00 devant la juge d’instruction américaine Beth W. Jantz.

L’acte d’accusation a été annoncé par John R. Lausch, Jr., Procureur des États-Unis pour le district Nord de l’Illinois; Emmerson Buie, Jr., Agent spécial chargé du Bureau de Chicago du FBI; et Robert Marshall, Chef du Service de police de Naperville. Le Département de police de Westchester et le Département de police de Hollande-Méridionale ont apporté une aide précieuse dans l’enquête. Le gouvernement est représenté par les avocats américains adjoints Jared C. Jodrey et Corey B. Rubenstein.

Selon l’acte d’accusation et un mandat de perquisition fédéral récemment descellé, le premier enlèvement a eu lieu le 1er octobre 2011. 17, 2019, à Naperville, lorsque les accusés se sont fait passer pour des agents des forces de l’ordre pour enlever un homme à l’extérieur d’un magasin d’électronique qu’il possédait. Les accusés auraient agressé physiquement la victime, extorqué sa famille et cambriolé son entreprise. La victime a reçu des soins médicaux dans un hôpital.

Les accusés ont procédé à un deuxième enlèvement en novembre. 16, 2019, à Westchester, l’acte d’accusation déclare. Se présentant à nouveau comme des agents de la force publique, les accusés ont enlevé un homme à l’extérieur de sa résidence et l’ont forcé à rentrer chez lui, où ils ont saisi une autre victime et les ont tous deux forcés à entrer dans le sous-sol, selon l’acte d’accusation et le mandat de perquisition. Deux autres victimes sont arrivées plus tard à la résidence et ont également été forcées de pénétrer dans le sous-sol sous la menace d’une arme, indique le mandat de perquisition. Les accusés auraient volé de l’argent et des bijoux avant de quitter la résidence.

Les accusés ont tenté un troisième enlèvement le décembre. 11, 2019, en Hollande-Méridionale, mais n’ont pas réussi à entrer au domicile de la victime visée, indique le mandat de perquisition.

En plus du chef d’accusation de complot, les accusés sont également accusés d’enlèvement individuel et de tentative d’enlèvement, ainsi que d’un chef de possession illégale d’armes à feu et de munitions. Chacun des accusés s’est vu interdire de posséder légalement une arme à feu ou des munitions en raison d’une condamnation antérieure pour crime.

Il est rappelé au public qu’un acte d’accusation n’est pas une preuve de culpabilité. Les accusés sont présumés innocents et ont droit à un procès équitable au cours duquel le gouvernement a la charge de prouver leur culpabilité hors de tout doute raisonnable. S’il est reconnu coupable, le Tribunal doit imposer des peines raisonnables en vertu des lois fédérales et des Directives consultatives sur la détermination de la peine des États-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.