Pierre Jean Georges Cabanis (1757-1808): une source du début du XIXe siècle pour le concept d’énergie nerveuse dans les neurosciences comportementales européennes

Le XIXe siècle a été témoin de nombreuses avancées dans les concepts neuroscientifiques. Parmi les remarquables, on peut citer l’identification des voies sensorielles et motrices par Charles Bell (1774-1842) et François Magendie (1783-1855), l’élaboration de la théorie de l’évolution par Thomas Henry Huxley (1825-1895) dans le contexte de la neuroanatomie comparée, et les travaux d’Emile Du Bois-Reymond (1818-1896) et Hermann von Helmholtz (1821-1894) en neurophysiologie expérimentale et sur le concept d’énergie nerveuse. En Allemagne, l’idée que le système nerveux se composait de deux éléments, l’un qui générait de l’énergie nerveuse et l’autre qui la conduisait dans tout le corps, était largement répandue au milieu du XIXe siècle. En France, Pierre Jean Georges Cabanis (1757-1808), médecin, philosophe et l’un des fondateurs de la psychophysiologie moderne, a fait valoir que le cerveau est la partie du corps dans laquelle l’électricité est stockée. Dans ses Rapports du Physique et du Moral de l’Homme, publiés entre 1796 et 1802 (traduits en allemand sous le titre Verhältnis der Seele zum Körper (1808)), Cabanis propose de nouvelles idées sur le fonctionnement du cerveau, sur la propre sensibilité du cerveau, sur le concept de volonté et sur la base chimique de l’activité nerveuse. Dans les Rapports, Cabanis a proposé une théorie de la relation entre le cerveau et les nerfs et la pensée et le comportement. Préfigurant les développements ultérieurs en neuropsychologie, il a suggéré que différentes parties du système nerveux ont des fonctions distinctes. Bien que Cabanis ait eu de nombreuses idées intéressantes sur la fonction cérébrale, il a été largement ignoré par les historiens des neurosciences; par exemple, il est brièvement mentionné dans Clark et Jacyna (1989), dans seulement deux notes de bas de page dans Neuburger (1897/1981), et pas du tout dans Finger (1994). La vaste théorie de Cabanis sur le fonctionnement du cerveau a contribué à façonner la compréhension de la notion générale d’énergie nerveuse dans les neurosciences européennes du XIXe siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.